Pourquoi hoche-t-on la tête de bas en haut pour dire "oui" ? - Question Réponse Société & Vie quotidienne - Pourquois.com.

Pourquoi hoche-t-on la tête de bas en haut pour dire "oui" ?

Le premier savant qui ait étudié le langage non verbal ou langage corporel, c’est Darwin - le Darwin de l’évolution des espèces. Mais depuis, de nombreux autres anthropologues et ethnologues ont découvert que ce langage comprend des expressions innées. Un clin d’œil fait à notre voisin de table, ou un geste grossier au chauffeur de la voiture d’à côté sont des gestes appris ; le raclement de gorge, le fait de rougir sont des gestes involontaires, innés ; et puis il y a des signaux mixtes, comme rire ou pleurer ou hausser les épaules, qui peuvent être spontanés ou déclenchés à volonté.


Les messages non-verbaux sont émis et perçus par des centres nerveux très archaïques, hérités de nos ancêtres reptiliens. Ce qui explique que nous communiquions de manière non-verbale en toute inconscience, et que certains gestes soient, sinon universels, du moins très répandus, car implantés dans le système nerveux de tous les humains.


On observe en particulier que beaucoup de mimiques existent chez l’enfant aveugle de naissance, ce qui signifie qu’il n’a pas pu les apprendre par imitation.
Quelques exemples : le hochement de tête d’avant en arrière qui signifie l’affirmation, la compréhension ou l’approbation est hérité de mouvements qui existent chez le lézard pour affirmer leur présence. Et on le retrouve parmi presque tous les peuples de la planète. On dit oui par un hochement de tête d’arrière en avant. Tandis que le hochement de tête approbatif, qu’on fait pendant que quelqu’un parle, se fait d’avant en arrière.


A noter qu'en Bulgarie, on hoche la tête de bas en haut pour dire non et de droite à gauche pour dire oui !
etoile
etoile
etoile
etoile
etoile
Notez cette question

Vos commentaires sur ce Pourquoi

Jean-Michel a commenté cette question :
Il y a très très longtemps, selon la théorie de l'évolution, un reptile à compris qu'un jours il aurait de pattes. Aussi devant cette absurdité apparente, il eut envie de hausser les épaules.
Le hazard faisant la nécessité des pattes apparurent, excepté pour les lésards bulgares, déjà rebelles envers le système, et qui à défaut de hausser des épaules, disent oui en pensant non.
Evident non !. . . enfin, oui !



ptiVos Questions et Réponses préférées