Pourquoi la Grande-Bretagne porte-t-elle ce nom ? - Question Réponse Histoire & Géographie - Pourquois.com.

Pourquoi la Grande-Bretagne porte-t-elle ce nom ?

L'origine du nom Grande-Bretagne vient de deux faits.
Le mot Bretagne vient de l'époque ou un peuple nommé les Bretons régnait sur tout le territoire situé à l'est de l'Europe.
Le souci est que le territoire occupé comprenait à la fois la zone péninsulaire et la zone insulaire.
Pour éviter les confusions lors de discussions, les deux parties furent nommées différemment : la Grande Bretagne pour la partie insulaire et la petite Bretagne (ensuite Bretagne) pour la zone insulaire.

Complement internaute :
Au début, il ne s'agissait que de différentes régions d'un même pays. Ainsi, la Bretagne insulaire était un royaume qui compta de nombreuses villes, de nombreux ports, de nombreux châteaux et de nombreuses forteresses. En revanche, la Grande-Bretagne n'était qu'un vaste territoire péninsulaire qui comprenait les villes et les ports mais n'était pas encore équipé d'un système défensif. Bien que les habitants aient pu être en contact les uns avec les autres, la Grande Bretagne n'a jamais constitué une entité politique et juridique séparée de l'Angleterre. Le peuple breton est arrivé en Grande Bretagne il y a environ cinq siècles. Leur arrivée est restée célèbre et c'est à cette époque qu'ils se sont établis principalement sur l'île de Bretagne.
etoile
etoile
etoile
etoile
etoile
Notez cette question

Vos 3 commentaires sur ce Pourquoi

Manumann a commenté cette question :
Bonjour
hallucinante cette réponse !
n'importe quoi, à part la fin de la réponse.

Les Bretons étaient présents en Europe de l'Est ?
mmh. . .

Certes, les Celtes, dont les Bretons ne sont qu'un "sous-peuple" (excusez le terme), étaient présents presque partout en Europe et même jusqu'en Turquie.

Mais les Bretons (Britts) sont originaires de l'ancienne Bretagne (la britannia maior, la "Grande-Bretagne" actuelle), mais ils étaient loin d'être les seuls Celtes présents sur ce sol. . .

On notera les deux grandes civilisations celtiques :
1- le "Hallstatt" : en gros, nord-est de la France, sud de l'Allemagne, Suisse, Autriche, "Tchèquie", Slovaquie, etc.
2- La Tène : en gros, en Suisse

Il y a tellement à dire sur les anciens mondes celtes, je préfère vous renvoyer à wikipédia par exemple, excellent article.

salut

Bureau Eric a commenté cette question :
Bonjour

Heureusement qu’il y a eu une rectification à la première réponse, si mauvaise !
Je crois pouvoir approfondir. . . . .
En effet, les Bretons (à l’époque, plutôt les Brittons pour les Romains) étaient des Celtes, comme les Gaulois dont ils étaient linguistiquement proches, comme les Gaels d’Irlande, dont ils étaient plus éloignés.
Leur territoire était donc la Bretagne, celle que nous appelons aujourd’hui Grande-Bretagne.
Les Bretons n’habitaient donc pas l’est de l’Europe !
Mais les Celtes

Bureau Eric a commenté cette question :
Mais les Celtes avaient leur berceau en Europe centrale (Bohème) et avaient progressivement migré durant le premier millénaire vers l’ouest. D’autres étaient reparti vers l’est (Les Galates s’étaient installé en Asie mineure, la Turquie actuelle).
Au début de l’ère chrétienne, les Brittons, harcelés par les raids de peuples germaniques installés sur le continent (Angles, Frisons, Jutes, Saxons) avaient appelé à l’aide les Romains qui s’y étaient installé.
Mais Rome, menacée par les Grandes Invasions, rappela ses légions et du IVème au VIIème siècle de notre ère, les Germains envahirent l’île de Bretagne et repoussèrent les Brittons vers l’ouest de l’île ou les assimilèrent.
De ces régions occidentales de l’île -ce qui correspond aujourd’hui aux Cornouailles, au Devon, au Pays de Galles, et plus au nord au Northumberland-, les Brittons émigrèrent par bateaux vers le sud durant près de 4 siècles.

Ils abordèrent en majorité l’Armorique mais aussi, au bout du golfe de Gascogne, le nord-ouest de la péninsule ibérique.
L’Armorique changea alors progressivement de nom pour devenir la Brittania minor en latin (Petite Btetagne), tandis que les régions ibériques prenaient le nom de Galice et des Asturies. Le nom de la Galice rappellent évidemment les Gaulois et les Galates. . . .
Quant à la Bretagne insulaire, elle devint logiquement en latin la Brittania major, la Grande-Bretagne contemporaine.

Enfin, si la Galice et les Asturies oublièrent la langue celtique des immigrants bretons, la Bretagne armoricaine conserva jusqu’à nos jours sa langue celtique brittonique. C’est pourquoi le breton ressemble encore beaucoup au gallois et au cornique des Cornouailles.
En revanche, les 3 langues celtiques gaéliques (irlandais, manx de l’île de Man et gaélique d’Ecosse) en sont très éloignées. Elles sont restées beaucoup plus archaïques.
Rappelons que les langues celtiques font partie de la vaste famille indo-européenne avec les langues italiques (osque, ombrien, latin et autres, plus les langues romanes dérivées du latin), les langues germaniques (anglais, allemand, néerlandais, islandais, norvégien, danois, suédois et autres), les langues baltes (letton et lithuanien), les langues slaves (russe, biélorusse, ukrainien, slovaque, tchèque, polonais, serbo-croate, slovène, bulgare et autres), l’albanais, les langues grecques antiques (achéen, dorien, ionien qui a abouti au grec actuel), l’arménien, des langues anciennes d’Asie mineure comme ke hittite ou le lydien ou d’Asie centrale (le tokharien du Sinkiang), les langues iraniennes (persan, kurde, pachtou, baloutche et autres) et les langues indo-aryennes (hindi-ourdou, pendjabi, népalais, bengali, marratti, cinghalais, rromani des Tziganes et autres).
Cordialement



ptiVos Questions et Réponses préférées